Non à l’usage des armes mutilantes par la police
Article mis en ligne le 4 avril 2016
dernière modification le 7 avril 2016

par redaction-sudeduc35
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

Sud éducation Ille-et-Vilaine condamne avec la plus grande fermeté l’usage par la police de « flash-ball », contre des manifestants dans l’après-midi du 24 mars et du 31 mars à Rennes. Ce dernier jeudi, des militants étudiants et un syndicaliste de Sud éducation ont porté assistance à l’une des victimes, un lycéen mineur atteint par un projectile de cette arme mutilante au niveau de la pommette, à proximité de l’œil. Les photos de la blessure témoignent de la violence du choc subi et des risques encourus par la jeune victime.

Nous dénonçons également la répression de plus en plus débridée qui s’abat à Rennes et ailleurs contre les jeunes et les syndicalistes. Le jeudi 31 mars à Rennes, un militant du syndicat Sud-Sante Sociaux à ainsi été violemment frappé par des gardes mobiles comme le prouvent des images filmées.

Sud éducation demande un arrêt immédiat de l’usage des flash-ball, initialement utilisés au cours des prises d’otage, mais dont la police se sert pour réprimer jour après jour le mouvement social.

Face à la répression d’un mouvement massif, populaire et légitime, Sud éducation appelle à élargir encore la mobilisation contre la casse du code du travail et à la durcir. Le syndicat Sud éducation d’Ille et Vilaine appelle à la manifestation du 5 avril 2016 pour le retrait de la loi El Khomri.



pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce

RSS

2009-2017 © Sud Education 35 - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.85.11