RENTREE 2014 : PRIORITE A L’EDUCATION ? PRIORITE A DROITE !!
Article mis en ligne le 7 février 2014
dernière modification le 2 septembre 2014

par sudeduc35
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

La rentrée 2014 s’annonce à peine moins mal que celle de 2013. Mais pouvait-on s’attendre à autre chose quand Hollande annonce encore des milliards pour les entreprises, et encore des milliards de coupes dans le budget de l’Etat ? On se croirait revenu dans les années 70 : « Des millions pour l’Education ! Pas pour les patrons ! » « Oh mais pas du tout ! S’effarouche le ministre : nous créons des postes !! ». Ah tiens donc ? Et combien ?
Au niveau national, le budget 2014 a prévu la création de 8.804 postes supplémentaires. Mais seulement la moitié seront des postes d’enseignants dans le public, pour la formation initiale, ou de CPE et de personnels médico-sociaux. Or avec 68.000 élèves de plus en 2014, ces 4.300 postes d’enseignants vont être quasi-absorbés par la croissance démographique. Pour l’académie de Rennes 39 postes sont créés dans le primaire (74 en 2013), 100 postes et 45 ETP dans le secondaire (175 en 2013), répartis sur les quatre départements. Une dose d’homéopathie... ?

En Ille et Vilaine, avec 928 élèves de plus dans le 1er degré, on ne verra arriver que 39 collè-
gues...

Sur l’académie, le résultat c’est que le ratio enseignant/élèves en primaire ne bouge pas : de
5,11 à 5,12 profs / 100 élèves. Il n’y a donc aucune amélioration du taux d’encadrement, qui
reste inférieur à la moyenne nationale de 5,2 ! Donc rien sur la baisse des effectifs par classe, aucun moyen d’amélioration.

Dans le secondaire, on nous affirme que les moyens seront attribués pour faire progresser le
taux d’encadrement. Quelle bonne idée ! Mais alors pourquoi cette inflation des heures supplémentaires ? En Bretagne, les HSA créées forment l’équivalent 25 ETP en collège, 15 ETP en lycée, 5 en lycée professionnel ! Pourquoi ce refus de créer des postes pérennes ? La charge de travail n’est-elle déjà pas assez lourde ? Et on voudrait nous faire prendre en charge encore plus d’accompagnement, encore plus d’orientation, alors que 10 collèges dans l’académie n’ont pas de CPE et que les COP disparaissent les uns après les autres ? N’y a t-il pas assez de collègues au bord du « burn-out » ?

C’est à nous tous d’exiger que chaque établissement obtienne la transformation de ses HSA en postes ! Il faut refuser ces heures sup ! Il est scandaleux de la part du rectorat de déclarer vouloir améliorer le taux d’encadrement, et en pratique traduire cela uniquement en alourdissement des charges de travail des collègues !

Dans le cadre de la préparation de la rentrée 2014, SUD Education revendique :

  • la réduction du nombre d’élèves par classe et la définition de plafonds nationaux,
  • la réduction du temps de travail par une baisse des temps de cours devant élèves,
  • la prise en compte des temps de concertation, de réunion et d’aide aux élèves en difficulté.
    Nous n’obtiendrons pas satisfaction par de quelconques pressions ou espoir d’un langage de
    raison. Ce pouvoir là montre tous les jours que sa priorité, son obsession, jusqu’à l’absurde
    en matière d’efficacité économique, est de réduire encore les dépenses publiques. Toutes les « concertations » actuelles, tous les « accords » signés par certains syndicats montrent leur inanité, et accompagnent cette logique.

Dans l’éducation aussi refusons l’austérité !

Exigeons des postes pour la rentrée 2014 !

Téléchargements Fichier à télécharger :
  • jrnalfevrier2014-p1.pdf
  • 906.2 ko / PDF


pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce

RSS

2009-2017 © Sud Education 35 - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.85.11